us 40x20 ak 3France 40x20 ak 2


 l

Voici encore un problème pour les talents espérant devenir artiste.

Dans un précédent article, j’expliquais les conséquences négatives du « syndrome de l’expert »  sur l’innovation artistique. Voici un autre risque pour votre vie d’artiste.

Les communautés ethnocentriques

Le problème avec les communautés, c’est leur ethnocentrisme et les communautés artistiques ne sont pas à l’abri. Elles ont tendance à considérer leur propre groupe social comme modèle de référence, sans regards critiques sur celle-ci. Pour comprendre par un exemple simple, prenons le monde de la danse classique. Recluse dans ses traditions, cette communauté est longtemps restée imperméable, autosuffisante, voir même psychorigide et narcissique. Conséquences : cette communauté a du mal à se distinguer par son innovation.

Plus une communauté est conduite par un langage qui lui est propre et des codes établis, plus elle détient sa vérité et plus son identité est séduisante. Vous êtes séduits, vous êtes réduits ! Alors que vous croyez vous grandir, voilà ce qui arrive quand vous tombez passionné. Sans même vous en apercevoir cette perversion vous enferme dans une bulle, « la bulle de la communauté ». Vous ne pensez plus par vous même, cette autarcie bride votre imagination et vous finissez par avoir des certitudes. Pour l’artiste que vous espérez devenir, ceci est un drame !

Toutes les couches d’une société peuvent être touchées par ce mal. Les sports, les métiers, les écoles, les associations, les fédérations, les politiques, les religions, etc.  Les communautés ethnocentriques sont partout et les artistes ne sont pas à l’abri. Voyez comme très souvent, les rassemblements dans une communauté tournent autour de discussions agrémentées d’autocongratulation et d’autosatisfaction. Ce phénomène d’autosuffisance porte un nom, la « masturbation intellectuelle ».

Conclusion :

Être un artiste créatif demande une ouverture d’esprit totale ! La masturbation intellectuelle ne le permet pas ! Tant que ce mal existe chez un talent, il ne peut vraiment se libérer pour innover. Il finit par errer sans comprendre pourquoi il n’a que si peu d’engagement. Si il existe un monde où l’imagination est un moyen de survivre, c’est bien celui des artistes !

Tom Shanon

l



  • Trouvez le carnet d’adresses des lieux et des gens qui bookent : MY BUSINESS